dimanche 9 janvier 2011

Méricourt 62680 Louis DELABY une figure du monde de la mine



Louis DELABY est né à MERICOURT, dans une famille d'ouvriers mineurs ,le 25 septembre 1897. Deuxième enfant d'une famille qui en comptait sept.
Louis fut très tôt sensible à la situation ouvrière de son village. Il eut
l'occasion d'y connaître dès sa prime jeunesse les deux activités fondamentales du progrès et du déclin de notre région: MERICOURT était autant composé de mineurs que d'agriculteur, il restera attentif à l'évolution de ces deux mondes.
Le 3 avril 1911, Louis a treize ans. Embauché comme galibot Il descend au fond de la mine pour la première fois. Il éprouva dans sa chair la dureté et les risques du métier.
Il épousera Marianne DEPREZ en 1921. Aprés la Grande Guerre il entre dans le Service de la comptabilité des Mines de Drocourt.
Militant à l'A.C.J.F ( Action Catholique de la Jeunesse Française)il présente, en 1927,lors d'un congrès départemental de l'A.C.J.F, un rapport
qui fit grand bruit. Il osait affirmer publiquement la nécessité, le devoir
pour tout travailleur, de se syndiquer.
On comprend mal aujour-d'hui ce qu'il eut d'extraordinaire dans cette affirmation. Et pourtant dans les mines, le droit de se syndiquer n'était guère reconnu qu'aux ouvriers; par contre, si l'employé collaborateur de la
direction, s'avisait de se syndiquer c'en était fini de la paix social
Elu en 1931 le jeune syndicaliste devait connaitre la pire des sanctions:
l'isolement forcé sous la surveillance d'un garde de la cie minière avec un
travail qui ne lui demandait pas plus d'une heure par jour: on ne pouvait
pas trouver système plus démoralisant que d'être huits heures de long à regarder travailler les autres.
Cherchant à briser le syndicalisme naissant chez ses employés, le patronat minier l'avait valorisé et avait ainsi concouru à son développement


L'accroissement du nombre de syndiqués, les créations de nouvelles sections
entrainaient une charge que les deux permanents du département( Jules CATOIRE et Jules PRUVOST) ne pouvaient plus assurer: on décida d'étoffer
l'équipe c'est ainsi que Louis DELABY deviendra permanent syndicat C.F.T.C


Dans toutes les mines de France,le syndicalisme libre s'était peu à peu développé. Lors d'un congrès national Louis DELABY fut porté à la présidence des mineurs, employés, et ingénieurs des mines.
Cette fédération couvrait toutes les mines : charbon ,fer, potasse ...


Bibliographie: L. DELABY,La Trouée décembre 1977

Crédit photos : X

Contributeur: Alain






















.

2 commentaires:

  1. En lisant l'histoire de Monsieur Louis DELABY, j'ai tout de suite pensé à mon grand père, des gens qui s'engageaient dans leur métier et dans leur vie de citoyen !
    Tiens, il s'appelait Louis, lui aussi !!!

    RépondreSupprimer