jeudi 13 novembre 2014

Méricourt 62680 fosse 4/5 Sud du briquet au pain d'alouette



                            Méricourt le puits n°5 de la fosse 4/5 Sud dite fosse du Maroc
                                                          Profondeur en 1970 - 915 m.

 Méricourt fosse 4/5 Sud -1970 - les ouvriers mineurs, occupés au raval du puits 5, font "briquet"

Le briquet c'était des grosses tartines emportées, au fond de la mine, par l'ouvrier mineur pour son casse-croûte. Le briquet était un temps de repos ( 20 minutes)accordé aux ouvriers mineurs.

Le mineur pour manger, s'asseyait
Sur une bille de bois ou sur un caillou plat
D'autres applanissaient le daisne (sol)
C'était leur siège pour manger
Il y avait toujours des surprises au cours de ces brefs casse- croûte.

Par habitude, le mineur ouvrait ses tartines
Il regardait ce que sa compagne avait placé à l'interieur
Chez certains du fromage, des rondelles de saucisson
Mais parfois dans la hâte du matin l'épouse avait omis de beurrer les tartines
Chacun regardait furtivement le contenu des tartines du voisin , parfois avec envie.

Les rats, dissimulés dans la mézière attendent leur pitance.
De temps à autre un mineur jette un morceau de pain .
Les rats de précipitent, se bousculent ; les hommes s'exclafent de rire.

Léon se plaignait souvent en ouvrant ses tartines, tout bas " elle ne m'a rien mis". Déçu il mangeait son casse croûte" heureusement, disait-il, j'ai pris quelques pommes".
Victor le visage atone, ne mangeait pas il avait respiré trop de poussière.

Le temps d'un casse-croûte durait vingt minutes les hommes parlaient peu. Jean - Claude mangeait avec avidité. C'était un gaillard aux biceps impressionnants. Il mangeait torse nu.

Soudain un ordre retenti dans la taille "il est l'heure, briquet n'est pas banquet";

                                              Jean Wisniewski Histoire de mine et de rien - Le Briquet 1995 -

L'ouvrier mineur remontait souvent du fond un reste de son briquet dont étaient friands ses enfants. C'était le pain d'alouette qui avait pris "l'odeur du fond".


9 commentaires:

  1. Je viens te dire bonsoir J CLAUDE gros bisous je n'ai plus de temps tu sais avec mes études

    RépondreSupprimer
  2. Une magnifique "tranche" de vies... qui nous fait mesurer combien la nôtre peut être plus facile !

    RépondreSupprimer
  3. Quand je vois ces photos et lis ce texte, je ressens beaucoup d'émotion pour ces mineurs qui avaient tant de coeur à l'ouvrage !!!
    GROS BECS à TI

    RépondreSupprimer
  4. J'ai eu la chance de rencontrer un ancien mineur qui nous a raconté toutes ces moments de vie dans la mine.

    RépondreSupprimer
  5. Je n'ai jamais connu un ancien mineur mais j'aurai aimé écouter ses histoires tu sais
    QUEL travail et pénible pour eux
    dire que de nos jours nous trouvons que tout devient compliqué !!!!!!!!! et bien pensons à ces hommes je pense
    gros bisous

    RépondreSupprimer
  6. une vie très dur pour ces hommes mais pourtant ils aimaient leur métier
    bises

    RépondreSupprimer
  7. je passe te souhaiter une bonne journée
    bises

    RépondreSupprimer
  8. je passe te souhaiter une bonne soirée
    bises

    RépondreSupprimer