jeudi 14 mai 2015

Méricourt 6268O Guerre 14 /18 - De la communale à l'école Pasteur -








Au cours du Second Empire l'école de la commune de Méricourt est devenue trop exigue, dépourvue qu'elle est de préau et de lieux d'aisances. En 1868 la municipalité lance une procédure d'appropriation pour une nouvelle école.
L'architecte Carré dresse les plans d'un bâtiment qui servira également de mairie.
             ( La mairie école fut construite rue du Chat aujourd'hui rue Michelet.)




Cependant avec l'accroissement démographique,lié à l'exploitation minière, il faut agrandir les deux écoles. Le 11 juillet 1910 se déroule l'adjudication des travaux d'agrandissement de quatre classes. La réception définitive est signée en le 11 janvier1913.

      1911: Pierre Coyer - Louis Doby  et Julia Morel sont les enseignants de l'école de Méricourt

Le directeur de l'école des garçons à Méricourt, au début de la première guerre mondiale, Louis Doby, signale dans une lettre datée du 8 novembre 1914, qu'il a dû fuir sa commune le 
3 octobre 1914 ainsi que toutes la population pour ne pas tomber aux mains des Allemands.
Pendant le conflit il enseigne à Boulogne sur Seine ( Boulogne-Billancourt) où il s'est réfugié avec sa fille: il est encore en poste au moment de sa retraite le 1 octobre 1921, son état de  santé ne lui permettant << plus de rentrer en région dévastée >>.


Au lendemain de l'Armistice de 1918 les nouvelles écoles de Méricourt (aujourd'hui groupe scolaire Pasteur)  sont totalement détruites.




                                Les logements de fonction sont devenus des logements sociaux

      
                         



 Sources : Revue Gauheria _ - Collection privée - Photo Jean- Claude

2 commentaires:

  1. ... et à chaque fois, reconstruire !!!

    RépondreSupprimer
  2. BONSOIR Jean CLAUDE de belles photos et beaucoup de souvenirs pour toi
    ON détruit on reconstruit encore et encore..
    Les enseignants sont partis pour refaire leur vie plus loin oui et hélas ils devaient bien fuir
    gros bisous

    RépondreSupprimer